La Prohibition Américaine en trois cocktails : Bee’s Knees, Old Fashioned et Southside

Cocktails de la prohibition

La prohibition américaine, une période controversée de l’histoire des États-Unis allant de 1920 à 1933, a laissé un héritage durable dans la culture américaine, notamment dans le monde des boissons alcoolisées. Alors que la vente, la production et la distribution d’alcool étaient interdites, cette période a vu l’émergence d’une créativité sans précédent dans la création de cocktails. Les bars clandestins ont prospéré, offrant des boissons ingénieuses pour masquer la qualité parfois douteuse de l’alcool de contrebande. Parmi ces créations, trois cocktails emblématiques, le Bee’s Knees, l’Old Fashioned et le Southside, ont survécu à l’épreuve du temps et continuent de faire partie intégrante de la scène des cocktails modernes. Dans cet article, nous explorons leur histoire fascinante et leur lien avec la période de la prohibition, témoignant ainsi de l’ingéniosité de cette époque mouvementée de l’Amérique.

Quels étaient les cocktails les plus populaires de la prohibition?

Le Temps d’une Bière a invité la compagnie gatinoise de Mixo Loco à recréer les cocktails les plus marquants de la prohibition américaine. Émile, chef artisan et véritable encyclopédie de la mixologie, n’a pas perdu de temps pour repérer les recettes les plus marquantes, tout ça en lien direct, évidemment, avec l’histoire. Émile trace un lien direct entre les alcools frelattés et l’inventivité des barmans de speakeasy (les fameux bars cachés ou on entrait sur invitation). En effet, soda et toniques étaient régulièrement ajoutés à l’alcool pour cacher le goût infect de l’alcool “dénaturé” sortant de manufactures industrielles et détournées par des contrebandiers. Mais l’alcool maison (moonshine et bagosse) était aussi peu ragoûtant – en plus d’être dangereux pour la santé.

D’après Émile, les Américains ne boivent pas moins pendant la prohibition : ils boivent autrement. Un des grands barons de la prohibition américaine, Al Capone, aurait été un grand adepte du South Side, un cocktail de gin, de menthe, de bitter et de citron. Mais attention ! Al Capone était très exigeant sur son South Side. Il fallait le faire parfaitement, sinon ça allait mal pour le barman ! Par contre, le commun des mortels semble préférer des boissons comme l’Old Fashioned.

Au début de la prohibition américaine, le président Warren Harding était connu pour sa grande affection pour les cocktails, qu’il buvait et servait volontiers. Inutile de le préciser : ce président compte parmi les plus corrompus de toute l’histoire de la Maison Blanche. En pleine période sèche, il faisait livrer directement à la Maison Blanche moult champagne, vin et whisky qu’il servait abondamment à ses invités pour des parties de poker.

Le terme “Bee’s Knees”, tiré du jargon de rue de Chicago, était un compliment de l’époque. Le cocktail lui-même contient du miel, du citron et du gin. Le miel et le citron étaient utilisés précisément pour masquer le goût horrible du gin de contrebande. Le résultat final est floral, citronné et dangereusement délicieux.

Pour l’anecdote, le gin est probablement l’un des grands gagnants de la prohibition américaine. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le gin est l’une des rares boissons alcoolisées dont la consommation a augmenté pendant toute la prohibition et après. C’est parce que le gin avait une image défavorable au début du 20ème siècle. En raison de son bas prix relatif, le gin était associé à la pauvreté et au vieux continent, boudé par la classe moyenne qui aspirait à un meilleur statut dans son verre. Les élites new-yorkaises n’avaient que du dédain pour une boisson qui, simplement, manquait de classe. Mais l’utilisation quasi-universelle du gin dans les speakeasy et son association avec les cocktails ont rapidement redoré le blason de cette vieille boisson européenne. À la fin des années sombres de la prohibition, on a vu ressurgir des bouteilles de gin sur les menus de restaurants chics et branchés de New York à San Francisco.

Avec la fin de la prohibition, l’image du gin a commencé à se redorer. Dans les années 1930 et 1940, le gin est devenu une boisson populaire dans les milieux sociaux plus élevés, en partie grâce à sa popularité parmi les célébrités d’Hollywood. Les cocktails classiques comme le Martini et le Negroni, à base de gin, ont gagné en prestige et ont été appréciés par les gens de tous horizons. Vers la fin des années 1940, le gin avait réussi à établir une place solide dans la culture américaine. Il est devenu un incontournable dans les bars et les restaurants, et sa popularité ne cesse de croître.

1. Bee’s Knees

Le Bee’s Knees, un cocktail classique des années 1920, était un moyen populaire de masquer la saveur parfois douteuse de l’alcool de contrebande. Cette boisson rafraîchissante était l’une des façons les plus agréables de savourer le gin clandestin de l’époque.

Recette :

  • 2 oz de gin
  • 3/4 oz de jus de citron
  • 3/4 oz de sirop de miel

Le gin, associé au doux arôme du miel et à la fraîcheur du citron, créait une combinaison harmonieuse, parfaite pour ceux qui cherchaient à profiter d’un bon moment malgré l’interdiction. Le Bee’s Knees a continué à être apprécié bien après la fin de la prohibition, s’inscrivant ainsi dans l’histoire des cocktails classiques.

2. Old Fashioned

L’Old Fashioned est un cocktail emblématique qui remonte bien avant la prohibition, mais il a gagné en popularité pendant cette période en raison de sa simplicité et de sa capacité à cacher la qualité médiocre de certains alcools de contrebande.

Recette :

  • 2 oz de bourbon
  • 4 dashes d’angostura bitter
  • 1/4 oz de sirop simple

Le bourbon, mélangé avec une touche d’amertume des angostura bitters et la douceur du sirop simple, était un moyen populaire de masquer les défauts de l’alcool clandestin. Servi sur glace et garni d’une tranche d’orange ou de cerise, l’Old Fashioned est devenu un classique intemporel qui continue de séduire les amateurs de cocktails à ce jour.

La Prohibition Américaine en trois cocktails : Bee’s Knees, Old Fashioned et Southside
Durant la prohibition américaine, le vieux “old fashioned” est redevenu à la mode

3. Southside

Le Southside est un cocktail qui a vu le jour dans les bars clandestins de Chicago pendant la prohibition. Cette boisson rafraîchissante était un moyen délicieux de savourer le gin illégal tout en se détendant dans un climat de clandestinité.

Recette :

  • 2 oz de gin
  • 3/4 oz de jus de citron
  • 3/4 oz de sirop simple
  • 6-8 feuilles de menthe
  • 1-2 dash d’angostura bitter

Le mélange de gin, de citron et de sirop simple, associé à la fraîcheur de la menthe et à une touche subtile d’angostura bitter, créait une explosion de saveurs qui masquait habilement la qualité souvent douteuse de l’alcool de contrebande. Le Southside est devenu l’un des cocktails les plus appréciés de l’époque, et son attrait s’est poursuivi bien après la fin de la prohibition.

L’Héritage de la prohibition américaine

La prohibition américaine a été une période tumultueuse de l’histoire du pays, marquée par des défis et des interdictions autour de l’alcool. Cependant, cette période a également donné naissance à une culture créative de cocktails, où des boissons comme le Bee’s Knees, l’Old Fashioned et le Southside ont prospéré pour masquer la saveur parfois douteuse de l’alcool de contrebande. Ces cocktails classiques ont survécu à l’épreuve du temps, devenant des symboles de l’ingéniosité et de l’héritage de la prohibition. Ils continuent de faire partie intégrante de la scène des cocktails modernes, rappelant l’histoire fascinante de cette époque mouvementée de l’Amérique.

Pour en savoir plus

La Prohibition et les cocktails

  1. Livre : “The Art of Mixing Drinks” par Frank Meier Description : Publié en 1936, cet ouvrage est une collection de recettes de cocktails classiques de l’époque de la Prohibition, ainsi que des anecdotes sur la vie nocturne pendant cette période.
  2. Livre : “Prohibition: Thirteen Years That Changed America” par Edward Behr Description : Ce livre traite de l’histoire de la Prohibition aux États-Unis et de son impact sur la société et la culture, y compris sur l’évolution des cocktails clandestins.
  3. Livre : “Speakeasy: The Employees Only Guide to Classic Cocktails Reimagined” par Jason Kosmas et Dushan Zaric Description : Ce livre propose une approche moderne des cocktails classiques de l’époque de la Prohibition, présentant des recettes réinventées par des mixologues contemporains.

Liens utiles

  1. Lien : “PBS – Prohibition” URL : https://www.pbs.org/kenburns/prohibition/ Description : Ce site de PBS offre une vue d’ensemble complète de la période de la Prohibition, y compris des informations sur les cocktails clandestins et l’histoire de l’alcool aux États-Unis.
  2. Lien : “History.com – Prohibition” URL : https://www.history.com/topics/roaring-twenties/prohibition Description : Cette page d’History.com explore les divers aspects de la Prohibition, y compris son impact sur la culture des cocktails et l’émergence des speakeasies.
  3. Lien : “Difford’s Guide – Prohibition Era” URL : https://www.diffordsguide.com/encyclopedia/1806/bws/prohibition-era Description : Difford’s Guide est une ressource précieuse pour les amateurs de cocktails, et cette page spécifique se concentre sur la période de la Prohibition et les cocktails qui en ont émergé.

Leave a Reply