Mais qui était Odin, ce Dieu fou?

Pierre-Olivier Bussières

En des temps anciens, les scandinaves ravageaient l’Europe de l’Ouest, faisaient des affaires d’or le long des grandes rivières, guerroyaient aux confins des terres connues et découvraient l’Amérique entre deux raids. Si l’histoire populaire fait des Vikings des géants sauvages de la grande Histoire, leurs propres légendes font plutôt le récit d’un monde incertain, violent et cosmologiquement compliqué.

Odin, dieu de la sagesse et patron des poètes, représente bien le caractère chaotique d’une vie en Scandinavie. Dans bien des récits, Odin n’a rien à voir avec le sage papa de Thor et de Loki qui a pris confortablement sa retraite après avoir conquis deux ou trois mondes. Odin est fourbe, ivre, intempestif, têtu et impulsif. Bref, pas une référence.

Rien d’étonnant à cela puisque selon la mythologie nordique, Odin lui-même serait à l’origine de la boisson fermentée qu’on nomme aujourd’hui bière. D’après ce qu’on connaît des alcools scandinaves du moyen âge et d’avant, on retrouvait souvent des boissons de céréale fermentée à base de seigle, d’avoine ou d’orge épicé au génévrier et remonté par du miel. Les trois premières céréales poussaient mieux que le blé dans les pays nordiques alors que le génévrier y était tout simplement abondant. Quant au miel, c’était – et c’est encore – la plus grande quantité naturellement fermentable qu’on peut trouver.

Odin n’aurait pas seulement été le père de la bière selon la mythologie scandinave, mais il aurait aussi créé l’hydromel d’inspiration. Pour résumer, les Dieux se seraient cosmiquement tapés de dessus pendant longtemps et auraient décidé d’en finir en scellant une paix éternelle. En guise d’accord, ils crachèrent tous ensemble dans un gros chaudron et s’en allèrent chacun de leur bord. De ce cracha divin naquit le plus grand nectar de l’existence : l’hydromel d’inspiration, une boisson si sacrée qu’elle pouvait rendre fou.

On rapporte qu’en fait la folie et l’ébriété n’étaient jamais très loin dans le quotidien des vikings. L’inspiration etl’intoxication sont intimement lis à travers le personnage ambigu et ambivalent d’Odin. Bien que sage et vétéran, le grand guerrier n’en est pas moins fourbe et fougueux. Il sera d’ailleurs chassé des autres Dieux pour son impudence et son incurie. Odin est à ce point obsédé par la connaissance qu’il commet le plus grand des sacrilèges : voler la très secrete magie des sorcières, et ainsi s’octroyer des pouvoirs cachés autrement interdits aux hommes.

À la manière de Dionysos chez les Grecs, boire est souvent une ode très littéraire au Dieu inspirateur de sagesse, de poème et de courage. Les Vikings prennent l’ivresse au moins autant au sérieux que l’ébrité, de sorte qu’il était généralement attendu qu’une personne ivre soit plus sincère en révélant ainsi son caractère. L’hydromel, boisson courante, de même que des cervoises hautement aromatisée aux plantes locales comme le génévrier, assuraient aussi la légitimité politique de ceux qui pouvaient l’offrir en grande quantité à leurs invités. C’est ainsi que les meadhalls devaient des chambres à écho de récits enivrant dédiés aux longues sagas consacrée à la guerre des Dieux, et au patron scandinave de l’alcool…

En collaboration avec Ad Medievum Aeternum

Pour en savoir plus, allez voir notre dernier épisode!

Youtube

Spotify

Les podcasts de Ad Medievum Aeternum sont disponibles ici:

https://admedievumaeternum.buzzsprout.com/1925100/11217530

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: