Le Temps d’une Bière

Qui a inventé la bière ?

Qui a inventé la bière ?

Comment la bière est-elle arrivée dans nos verres aujourd’hui ? La volonté de savoir s’accompagne d’un petit démêlage de l’histoire. En tout cas, depuis le développement de l’agriculture céréalière, les breuvages fermentés sont au coeur de la civilisation !

La naissance de la bière

Pour marquer une festivité ou pour se rafraîchir après une longue journée, la bière est toujours la bienvenue. Avec la découverte de la culture du blé, la production de la bière est devenue possible. L’origine de la bière se trouve donc dans les céréales, le riz, l’orge et le maïs.

Une élaboration particulière

La fabrication de la bière évolue avec le temps et la découverte des nouvelles techniques. Les brasseurs adoptent des méthodes selon les matières premières existantes. Si autrefois la bière prenait l’apparence d’une bouillie alcoolisée, les nouvelles technologies va la rendre plus liquide. Les ingrédients qu’il faut disposer sont : eau, malt, houblon, levures, grains de cru, épices et des protéines. Pour favoriser une bonne production, voici les étapes à  suivre :

  • Maltage
  • Empâtage
  • Rinçage
  • Ébullition
  • Refroidissement
  • Fermentation
  • Mise en bouteille

La première brasserie en Mésopotamie

Nos ancêtres ont découvert la fermentation dans la dernière période de l’âge de pierre, c’est à dire au néolithique. Et l’invention de la bière s’est probablement faite de façon accidentelle à partir du pain. Ce dernier étant la principale nourriture des Sumériens, il fallait le tremper dans l’eau pour mieux le consommer. Puis un jour, la décision de stocker des céréales a conduit à un phénomène inattendu. Les grains d’orge ont dû être fermentés dans l’humidité. Toutes les grandes civilisations connaîtront ensuite ce qu’est cette boisson à usage thérapeutique.

Notons que la bière était appelée « pain liquide » et que sa composition est complètement différente de celle de nos jours (on appelle encore ainsi la bière en Tchéquie!) Il s’agit ici d’un pain immergé dans de jarres d’eau afin d’obtenir une fermentation. Le liquide qui en sort est consommé uniquement avec de la paille dans des récipients céramiques. Des récipients dont les chercheurs ont découvert les premières traces de bière. Au Moyen-Orient, 3.000 ans avant J.C, des écrits affichent la recette exacte sur une tablette en argile. Les conditions de fabrication de bière sont inscrites mais sans aucune vérification scientifique.

La bière à l’époque de l’Egypte antique

L’ancienne civilisation du Nord-est de l’Afrique n’a pas attendu longtemps pour faire de la bière une boisson nationale. Non seulement c’est une consommation habituelle, mais elle a également servi de moyen de paiement. La bière s’est rapidement répandue en Égypte antique avec  la production d’orge et de froment massive.  La boisson est nommée « vin d’orge » et se présente dans toutes les grandes cérémonies. 

La bière est le domaine des femmes! La communauté Égyptienne laissait aux femmes la responsabilité de la fabrication de la bière. Cette production est  réservée aux Déesses car la bière est un symbole de fécondité, vraisemblablement du fait de ses vitamines et ses sels minéraux. Conservées dans des caves, les  bières y sont laissées pour mûrir. Les Chinois, qui sont aussi crédités pour une invention précoce, mais séparée, de la boisson fermentée, ont suivi le mouvement et fabriquent leur propre bière qu’ils appellent «  Tsiou ».

En Europe

En Europe, ce sont les Gaulois qui sont à l’origine de la cervoise. La tradition romaine lie par contre l’invention de la bière soit à la déesse des moissons. La plupart des élites préféraient largement le vin aux bières mais pas pour les habitants de la Gaule, ou la vigne était fort appréciée, mais moins disponible.

Avec des herbes et des épices, les Gaulois fabriquent et vendent leur bière. Foudre, tonneaux de stockage et transport sont des moyens pour eux d’avoir une meilleure rentabilité. Il est impossible de connaître la saveur de la bière antique car les peuples barbares n’ont pas transmis leur savoir-faire. On sait tout de même qu’ils utilisaient des plantes telles que le jusquiame pour infuser et conserver la bière. Le jusquiame pouvait occasionellement augmenter l’effet d’intoxication dû à ses propriétés hallucinogènes. Les Grecs, Mésopotamiens et Scandinaves, pour ne nommer que ceux-là, reconnaissent les propriétés propriétés antalgiques de la plante et l’utilisent pour provoquer des trances divinatoires, sinon pour obtenir un état d’ivresse extatique. Mais l’utilisation du jusquiame n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. La cervoise, tout comme son successeur médieval, le gruit, sont avant tout des boissons de céréales fermentées aromatisées avec les herbes locales.

La bière dans l’ère médiévale

Aux débuts du moyen âge, l’Église pose un taboo sur la bière. Les grands dirigeants des églises la considéraient en effet comme une boisson maléfique pouvant détruire l’homme. Toutefois, en découvrant les apports nutritionnels de la bière, les monastères sont devenus des centres de fabrication de la boisson. À cela s’ajoute le fait que les monastères avaient un devoir d’hospitalité incluant vin et pain. Mais la progression du christianisme vers les pays nordiques posait un problème logistique important: le climat ne permettait pas une culture suffisante de la vigne. Aussi fallait-il s’acclimater à la bière.

Le houblon faisait déjà partie des ingrédients les plus importants de la bière et est utilisé de façon systématique. Et c’est Hildegarde de Bingen qui convaincra sur ses bienfaits, malgré ses propres doutes sur ses effets immédiats. 

Sous l’autorité de Charlemagne, les moines avaient le privilège de diriger les brasseries grâce à leur compétence. Les bières artisanales et traditionnelles ont été valorisées. Cependant, l’utilisation de l’houblon était très marginalisée et nécessite parfois une autorisation. Dans le temps, les brasseurs avaient plutôt une préférence pour le gruit

Des moines ont ainsi pour mission de procéder à une fermentation basse de la bière et de les partager aux pauvres. Ces moines savants jouent un grand rôle dans le succès de la bière au Moyen-âge. Ils sont à l’origine des différentes innovations scientifiques en matière de bière. En raison de la saleté de l’eau (surtout dans les aglomérations) à cette époque, le vin et la bière étaient les meilleurs moyens de s’hydrater.

Par ailleurs, certains pays tels que la France et l’Allemagne se baignent dans la légende de Gambrinus. Un roi mythique et symbole de la bière.

Le houblon, un ingrédient officiel

Vers le 15e siècle, le Duc de Bourgogne impose le houblon comme étant l’arôme officiel de la bière. Jean Sans Peur reconnaît que cet élément stabilise le goût de la boisson. Il a créé l’ordre de l’houblon et fait apparaître le mot « bière » pour la première fois en langue française. En 1435, une recette à base d’houblon apparaît pour la première fois, selon les annales.


L’évolution de la bière avec Louis Pasteur

La bière était une boisson instable depuis tout ce temps, et ce malgré l’adoption du houblon comme antisceptique et amérisant. La contribution scientifique de Louis Pasteur a cependant marqué un grand changement dans l’histoire de la bière. Le chercheur commence à s’intéresser à la fermentation et démarre une étude. Depuis des millénaires, l’homme utilise de la fermentation pour conserver et produire des aliments. La compréhension et la maîtrise du phénomène sont en revanche bien plus récentes. Un faisceau de fait expérimental lentement collecté permet à Pasteur de proposer une théorie en rupture avec les idées de son époque. Les fermentations sont liées au métabolisme de micro-organismes comme les levures. Il met en évidence que chaque fermentation est due à un micro-organisme. Par conséquent, il est aujourd’hui possible de conserver et de consommer la bière autre part que dans les lieux de fabrication. 

D’autre part, l’apparition des machines de fabrication permet un essor considérable de la bière telle que la machine à vapeur de James Watt. Le contrôle de la qualité fait des bons de géant grâce à l’adoption de l’hydromètre, qui permet de calculer les taux d’alcool. Les levures commencent à être isolée pour contrôler la personalité de la bière. La conservation et la distribution s’améliorent grâce à la réfrigération et à la construction de chemins de fer.

Au début du 19ème siècle, la bière était principalement produite à partir de malt d’orge et de houblon, et était brassée de manière artisanale par de petites brasseries. Au fil du temps, la production de bière est devenue de plus en plus industrielle, avec l’utilisation de techniques de brassage modernes et de nouveaux ingrédients tels que le maïs et le riz. De nouvelles techniques de filtration et de pasteurisation ont également été mises en place pour améliorer la qualité et la durée de vie de la bière. En outre, de nouveaux styles de bière ont émergé, notamment la bière blonde, brune et rousse, ainsi que de nouvelles bières aromatisées. Aujourd’hui, la bière est produite à une échelle mondiale et est consommée dans de nombreux pays à travers le monde.

Pierre-Olivier Bussières

2 responses to “Qui a inventé la bière ?”

Leave a Reply

%d bloggers like this: